2017-04-28 • M. Emmanuel Macron lors candidat à la Présidence de la République : Vidéo ; « Un Secrétariat d’État AU HANDICAP » — et non plus ‹ aux Personnes handicapées › — directement rattaché au Premier Ministre, et non plus au Ministère de la Santé ») |fi·e

La situation de handicap, ce n’est en rien synonyme de personne handicapée.
Document du vendredi 28 avril 2017
Article revu le 19 juillet 2017
par  drasteon@frdm.fr

Voir aussi article 2017-05-06 • M. Emmanuel Macron lors candidat à la présidence de la République : un récapitulatif de ses propos portant sur l’autisme et sur le handicap |th·si (et article 2017-06-02 • Représentativité, y incluse (?) celle des autistes, in Déclaration de la Secrétaire d’État chargée des « Personnes handicapées », Mme Sophie Cluzel |fi·si).

Le handicap, la « situation de handicap », ce n’est pas synonyme de : « personne handicapée » signifiant d’office « personne infirme [1] » dans la mentalité française telle qu’elle est, et pas dans les nuages.

Comme cela on entend mieux :

Déclaration de M. Emmanuel Macron,

« Ma volonté : un Secrétariat d’État

AU HANDICAP

directement rattaché au Premier ministre, et non plus au ministère de la Santé ».

Source : Twitter.com/ · ​Emmanuel​Macron/ · ​status/​ · 858042800381841410/ ou Goo.gl/​2OHHxk ou Pic.​Twitter.com/ · ​BlXcbRLwK8 ou T.co/​BlXcbRLwK8

Déclaration lors du meeting de Châtellerault du 28 avril 2017 :
En-Marche.fr/ · ​article/ · ​meeting-chatellerault-video, de 48:30 à 53:50 :

YouTu.be/XZDMlD2aSLA?t=48m30s

• Fb.com/​ · EnMarcheInclusion/​ · photos/ · ​a.941692599301293​. · 1073741828​. · 941667675970452/​985050824965470/

<span class="caps">PNG</span> - 461.4 ko
PNG - 461.4 ko
<span class="caps">PNG</span> - 289.3 ko
PNG - 289.3 ko
<span class="caps">PNG</span> - 432.7 ko
PNG - 432.7 ko
<span class="caps">MPEG4</span> - 1.6 Mo
MPEG4 - 1.6 Mo

Posts :


[1In Cnrtl.fr/definition/infirme : « Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1539 ‹ faible, physiquement ou moralement › (Cl. Marot, Psaumes, II ds Gdf. Compl. : mon cuer jadis infirme) ; 1547 (Marguerite de Navarre, L’Adoration des troys roys, 384 ds Comédies, éd. F.E. Schneegans, p. 58 : infirmes espritz) ; 2. 1673 ‹ sujet à des infirmités diverses › (Molière, Le Malade imaginaire, I, 5, éd. R. Bray, p. 130). Réfection, d’apr. le lat. infirmus ‹ faible, physiquement ou moralement ›, de l’a. m. fr. enferm(e) ‹ malade, faible › (attesté de ca 1050, Alexis, éd. Chr. Storey, 220, au xvie s. ds Hug.), lui-même issu du lat. Cette réfection sav. a été rendue nécessaire par l’homon. de certaines formes conjuguées de enfermer*. Voir J. Gilliéron ds Bibl. Éc. Hautes Ét., t. 230, pp. 65-68. »


Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique