2017-06-29, 2017-07-25 • Mise en scène d’État : La formule incohérente « représentativité dans les médias » (s’agissant des personnes en situation de handicap) : le Secrétariat d’État chargé des « Personnes handicapées » n’a toujours pas compris la notion ? Le mystère s’épaissit — Secrétariat d’État chargé des « Pensées handicapées », ou la mise en scène d’État ? |se·o

Document du jeudi 29 juin 2017
Article revu le 17 août 2017
par  drasteon@frdm.fr

La Secrétaire d’État chargée « des Personnes handicapées » avait prononcé elle-même une formule proche de celle « représentativité des personnes handicapées dans les médias », le 2 juin 2017, dans son discours devant l’assemblée générale de l’association « Unapei » : « Il nous faut aller beaucoup plus loin, et inciter les personnes handicapées [rem. frdm : faudrait-il entendre plutôt : « personnes en situation de handicap ou l’ayant été » ?] à briser les barrières, refuser l’autocensure, et se lancer dans la représentation dans les médias » ; voir : 2017-06-02 • Représentativité, y incluse (?) celle des autistes, in Déclaration de la Secrétaire d’État chargée des « Personnes handicapées », Mme Sophie Cluzel |fi·si.

Les autres aspects de la formulation du 2 juin sont examinés dans l’article précité ; ici, on s’intéresse à l’aggravation de la formulation substantielle « représentation dans les médias » par celle « représentativité dans les médias », par texte de post sur la Page officielle sur Facebook de la Secrétaire d’État.

C’est de plus en plus “étrange”.

Formulation « représentativité dans les médias » réitérée le 25 juillet 2017 devant la Commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale

Mise à jour, http://Facebook.com/groups/Autisme....

Formulation du 29 juin 2017 : « J’ai réaffirmé la nécessité d’une meilleure représentativité des personnes en situation de handicap dans les médias »

On se frotte les yeux, incrédule.

Au moins l’aspect de formulation « personnes en situation de handicap » apporte un élément quelque peu positif par rapport à la précédente formulation, du 2 juin, « personnes handicapées ».

Sous la plume (il s’agit d’écrit) d’un membre du gouvernement, chargé précisément du domaine considéré, et hormis précision pour cas extraordinaire, le terme « représentativité » ne peut pas évoquer autre chose que le régime administratif, l’institution administrative (dont : législative), qu’est la représentativité devant l’administration, les pouvoirs publics, d’une catégorie de population étant dans une même situation ou présentant les mêmes « intérêts ». D’autant plus qu’un Porter à la connaissance particulièrement pédagogique à ce propos a été remis sur place contre récépissé à dix huit pouvoirs et autorités de la République, dont Mme la Secrétaire d’État chargée des « Personnes handicapées », les 31 mai-1er juin : 2017-05-31 • Représentativité associative, ‹ PORTER À LA CONNAISSANCE › du Président de la République, du Gouvernement, du Défenseur des Droits, des Hautes Juridictions, et al. : 18 Destinataires |fi·z.

Mais que pourrait donc bien être une « représentativité dans les médias » ? Les médias vont diffuser des critères de représentativité ? Ils vont organiser une vérification pour sélectionner les meilleures des soumissions pour exercer cette représentativité « dans les médias » ? Cf. Rapport IGAS : 2017-05-05 • Rapport IGAS et IGEN : « Évaluation du 3e Plan Autisme dans la perspective de l’élaboration d’un 4e Plan » • Extraits colligés s’agissant de la non-représentativité des associations |th·fi.

C’est totalement incompréhensible. Cela n’a tout simplement pas de sens. On ne va pas demander aux médias de s’occuper de représentativité : ce n’est pas leur travail, à moins qu’il s’agisse de « médias d’État », peut-être, et dans d’autres “zones géographiques” que la nôtre, habituellement. Les médias sont supposés faire leur travail, qui comporte et implique notamment la liberté de la presse, et pas la soumission à des critères, des certificats (émis par qui ?) de représentativité des interlocuteurs : c’est totalement incompatible avec la liberté des médias.

C’est un mystère total. Au lieu de parler de la représentativité devant elle, Secrétaire d’État, de nous expliquer que c’est devant elle que « nécessité d’une meilleure représentativité » (l’IGAS a pourtant été claire), que « nous faut aller beaucoup plus loin, et inciter les personnes à la représentativité devant le Secrétariat d’État (pour commencer) », le gouvernement par la Secrétaire d’État s’occuperait selon les termes de celle-ci, de la nécessité de représentativité, et donc de critères, devant les… médias. Et ceci, propos tenus « dans les locaux de France Télévision ». C’est un langage codé ? De quoi s’agit-il ?? Eux France Télévision ont bien compris au moins, ils ont reçu la notice en même temps ?

Formulation du 2 juin 2017 : « se lancer dans la représentation dans les médias » ; ceci étant à inciter par le Secrétariat d’État, par le Gouvernement (s’agissant des personnes en situation de handicap)

« Se lancer dans la représentation dans les médias » : s’agirait-il de théâtre ? « Très belle représentation de la troupe des personnes en situation de handicap ». « On va faire des représentations, on va se lancer, un peu plus de spectacle cela ne fera pas de mal. »

36 000 autres termes, formulations, sont disponibles : « l’expression » des personnes, même « la présence » des personnes en situation de handicap (en espérant autre que simple figuration) ; quantité de formulations sont disponibles, et celle qui est prononcée évoque par la teneur même du mot, à la fois celle de « représentativité », terme tout proche, et celle de « faire son cinéma ».

Finalement dans le doute, on conclura que la Secrétaire d’État se préoccupe de la meilleure représentativité syndicale des personnes en situation de handicap employées par les médias… ou plus sérieusement, pour la doctrine officielle de propagande. — C’est en effet hautement prioritaire, comme représentativité.

Sc. La Secrétaire d’État Mme Sophie Cluzel se réfère à la psychanalyse s’agissant d’autistes, autisme : déjà tous ses propos sibyllins anti-scientifiques s’éclairent ainsi — Le Secrétariat d’État chargé des « Pensées handicapées », de Doctrine Officielle de la Pensée Handicapée : SEDOPH |n·tw


http://Fb.com/permalink.php? · story_fbid=1366537150101783& · id=1329895513765947/

Déplacement dans les locaux de France Télévisions, pour l'ouverture du colloque "Handicaps et médias" en compagnie de...

Publié par Sophie Cluzel secrétaire d'Etat aux Personnes Handicapées sur jeudi 29 juin 2017
<span class="caps">JPEG</span> - 177.6 ko
JPEG - 177.6 ko
<span class="caps">PNG</span> - 639.6 ko
PNG - 639.6 ko

Le résultat dans les médias

Fb.com/ · Frdm.fr/ · posts/ · 10156397227324688/
Fb.com/ · groups/ · Autisme.controverses/ · permalink/ · 2478548825619161/

— Définition des aspergettes : les médaillées de l’aspergie, qui passent leur temps à diffuser que les autistes non...

Publié par François-Régis Dupond Muzart sur vendredi 11 août 2017

À la lumière de :

La Secrétaire d’État Mme Sophie Cluzel se réfère à la psychanalyse s’agissant d’autistes, autisme : déjà tous ses propos sibyllins anti-scientifiques s’éclairent ainsi — Le Secrétariat d’État chargé des « Pensées handicapées », de Doctrine Officielle de la Pensée Handicapée : SEDOPH |n·tw


What is above all needed is to let the meaning choose the wordfor the word’s content —, and not the other way around. The worst thing you can do with words is to surrender to them.” George Orwell

Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique